Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 21:07

L'habit qui ne fait pas le moine fait quand même tout le reste. En ce moment je me sens ambivalente sur la question.

Au nom d'une norme qui m'est étrangère certains voudraient endormir la princesse en moi, tuer ou faire taire l'enfant interieur qui se joue des codes.

 

Je me sens perdue. Perdue dans des forêts de symboles que je ne maîtrise pas. L'abîme social de ce qui se fait et de se qui ne se fait pas me laisse perplex, face à son gouffre. Je crois que d'aussi loin que je me souvienne les codes vestimentaires me laissent étonnée. L'absurdité des marques payés plus cher pour en faire leur publicité. Le contexte qui ne doit pas grand chose à la température... Les maillot qu'on ne peut porter que sur les plages, les robes de soirées qu'on ne doit pas porter en dehors, la chemise des hommes, leur cravate qui ne doit pas être trop coloré. Diable, même celle des chiens ont droit à plus de fantaisie!

 

La traduction de "tu vas avoir froid..." en "ton décolté est trop osé" ne m'est pas naturel et ce n'est qu'au bout de plusieurs répétitions que cette prévenance déplacée m'offre son double sens.

 

Comme souvent, je suis allée chercher des réponses à mes questions dans les livres. Inépuisables richesses d'Emile Zola, ma médiadthèque. C'est au rayon enfant que j'ai trouvé. Le vêtement comme langage.

 

Je ne parle pas la même langue, je m'habille selon des références qui me sont personnelles, selon la douceur du tissu, son confort. Je porte des habits qui ne me lie pas à un groupe, qui ne m'intègre pas. Je porte des habits en roue libre, en libertaire. C'est ce message que les autres voient, celui là et celui de ma sensualité qui ne s'embarasse pas de contrainte. Je comprends qu'en ayant toute une vie passée dans l'aténuation d'eux même, toute une vie de camouflage et de compromis, ma liberté soit pour ceux qui ont renoncé à la leur un message d'une violence inoui, l'écho de celle qu'ils subissent heure après heure dans un quotidien qu'ils ne veulent pas choisir.

 

Je consens à m'habiller quand il fait chaud et c'est déjà un gros compromis, le seul je crois que je suis prête à faire. Une robe, un diadème et parfois des chaussures c'est assez minimaliste.

 

A la reflexion, je resigne avec moi même le pacte de Princesse, merci Dinalant, mais je crois que cette fois encore je vais ma passer d'apprendre les codes. Tant pis si ça me ferme des portes, ça laisse ouverte celle de moi même à moi même et je crois que si je ne veux pas me perdre c'est là seule qu'il est impératif de laisser respirer.

 

tous les habits du monde

Piero Ventura Le vêtement ses formes, ses modes, ses usages à travers les siècles

Le jean toile de fond de l'histoire américaine Régine Van Damme

Vêtements Galia Tapiero Irène Schoch

Partager cet article

Repost 0
Published by Dame_Blanche - dans Avec ou sans sucre
commenter cet article

commentaires

l'Écrivain 26/07/2012 01:18


Moi, quand je dis, "tu dois avoir froid", 90% du temps, ça veut dire "tu dois avoir froid", 6% du temps "si je portais ça, je crois que j'aurais froid", 3,9999% du temps, ça veut dire une
fantaisie variable que personne ne comprends, et le reste du temps, "ton décolleté est trop osé" (mais là, il faut vraiment qu'il soit osé, parce que c'est rare qu'à mes yeux, un décolleté est
"trop" osé). Et je suppose que si tu veux savoir ce que comprenne celles à qui je m'adresse, tu n'as qu'à inverser les pourcentages.

Plume d'Ambre 12/07/2012 09:15


Je t'aime comme tu es (même loin ! c'est dire '_' .. *pas taper* ^^') et serais-tu autrement que l'on se perdrait sûrement de vue avec le temps..


bisous doux

Dame_Blanche 13/07/2012 13:04



:)



Pierre 07/07/2012 19:08


Vivons heureux, vivons nus ^^

Dame_Blanche 07/07/2012 19:29



oh oui!